Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 18:03

    A l’heure où le monde entier se déchaîne une nouvelle fois contre le minuscule état d’Israël, lui déniant le droit à une légitime auto défense, le droit à une légitime existence, à l’heure où l’antisémitisme, bête puante, se répand comme une marée noire, je dénonce la partialité des médias, des gouvernements et je demande à celui de la France, dont je suis une loyale citoyenne de ne plus permettre que perdure une seule minute cette ignominie... mais ce cri de révolte est sans illusion!


     Assez du double langage, du parti pris politique, du laxisme qui n’a pas su instaurer à temps les limites. Car la sinistre farce se poursuit nous ramenant aux échos d’autres dérives dont la France, repentante dans les mots mais si difficilement dans les actes, ne peut décidemment pas s’ennorgueillir. Provenant d’hommes politiques, de journalistes, le choix de certains propos ne peut se prétendre… innocent et nous ne pouvons que ressentir un profond écoeurement devant les odieuses comparaisons entre israéliens et nazis !


     Attachés aux valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité, de la patrie de la Déclaration des Droits de l’Homme (à l’instar de celles des 10 premiers commandements, étrangement provocateurs lorsque nous les portons autour du cou !) nous pensions qu’après Vichy, l’honneur de la France serait de mettre autant d’acharnement à défendre les UNS que les AUTRES. Mais les Juifs, les israéliens puisque Juifs, ces pelés, ces galeux, sont de nouveaux accusés de tous les maux… mais Israël, à la population de moins de 6 millions d’âmes, n’aurait définitivement qu’un droit de retenue, sous peine d’être désignée comme le Goliath des Temps modernes !  


     Ici, en France, l’on nous assure que tout est mis en oeuvre pour nous protéger, il n’empêche… devrions-nous avoir besoin de l’être et nos lieux de culte, nos écoles, nos entres communautaires transformés en forteresses ? Nous ne voulons plus de discours lénifiants.

Le passé nous a appris la vigilance, et afin que la France, le monde  n’ait pas de nouveau à dire « Nous ne savions pas » rappelons :

 

     A Jérusalem, en Judée, fut édifié le Temple. David achète l’emplacement où il sera construit, à un hittite, pour 600 shekels or, Salomon le bâtira. Tous deux rois hébreux d’un royaume hébreu !
Détruit par deux fois, le même jour, du même mois : le 9 du mois d’AV, en -586 par Nabuchodonosor et 70 par les légions romaines de Titus, deux déportations des Hébreux s’ensuivirent : la première dura 500 ans, la seconde 1900 ans et se termina avec la renaissance officielle de l’état Hébreu sous le nom d’Etat d’Israël.
Deux exils qui ne furent toutefois que partiels, une présence juive continue parvenant à se maintenir sur la terre des rois d’Israël : environ 740 000 Juifs pour 1 300 000 Arabes au moment de la renaissance officielle d’Israël.


    Si durant 2000 ans notre terre a vu se succéder de nombreux conquérants, dont les Arabes de 638 à 1009 après Jésus, aucun n’a jamais revendiqué Jérusalem comme sa capitale. S’ils la gouvernèrent parfois, y compris à distance, c’est en la souillant, profanant et détruisant nos lieux saints, du Temple… au tombeau de Joseph, cherchant à effacer les traces de notre patrimoine, quand ce n’était pas de le récupérer à leur profit, oublieux :

 

- de l’origine du nom de Palestine, donné par les Romains cherchant à effacer toute trace juive du royaume d’Israël, (puis repris par les Anglais lors de l’occupation du Mandat britannique, et qui s’acheva lors du retrait de leurs troupes et de la reconnaissance de l’Etat d’Israël par les Nations Unies),
- Du nom réel de cette terre si convoitée et meurtrie, patrie des Hébreux, des Juifs,
- des véritables agresseurs et conquérants qui s’y sont succédés,
- de la loi Balfour, reniée, avec ses innombrables conséquences sur l’ampleur de l’effroyable génocide des Juifs durant la Shoah et le devenir de l’établissement de la carte du futur état d’Israël…
- de comment est née la Transjordanie, devenue Jordanie lors de son agression envers Israël en 1948, et qui ne fût reconnue que par la Grande Bretagne et le Pakistan.

 

    Qu’il semble difficile d’admettre que ces « sous-hommes », ces « dhimmis », tellement honnis, calomniés, puissent traverser les millénaires quand tant d’empires ont disparu, fidèles au Judaïsme, non prosélyte, au contraire de la Chrétienté et de l’Islam, adoptés de gré ou de force par la majorité du monde, que ce peuple maudit entre les maudits, reste le dépositaire de la Thorah – non falsifiable – d’une terre – non monnayable – qu’il s’est obstiné à porter en son âme, au milieu des pires avanies.

On a beau les massacrer, « ils » sont toujours là. Il faut trouver des explications, sous peine de se remettre en question… alors on cherche, l’on « chipote » sur le nombre des victimes du plus grand génocide de l’Histoire, on biaise… si on « maquillait le crime », si on reprenait les bonnes vieilles méthodes de désinformation, les colportages, les ragots, le délire... alors:


    Le négationnisme bat son plein. On assiste à une tentative de génocide culturel, cultuel, non seulement sur le nombre des victimes du massacre de millions de Juifs, mais également la négation de leur culture, leur patrimoine, leur pays, leur religion – leurs lieux saints – dont le plus saint de tous – leur Temple dont on leur dispute le moindre vestige, sur et sous terre, on s’attaque aux « titres de propriété » et on somme Israël « de rendre » une partie du pays si longtemps pleuré, du Temple, dont le souvenir a été le seul moteur de survie, de « territoires » portant le nom de tout un peuple, seule carte d’identité pour ces apatrides qui se cognaient aux portes fermées des pays dits civilisés, tandis que les mâchoires de la Bête se refermaient sur eux.

    Mais ces survivants des pogroms, de la Shoah, armés de leur seule foi, sont parvenus envers et contre toute raison, à trouver en eux assez de ressources pour faire refleurir la terre aride, désertique, abandonnée par des conquérants insoucieux. Ces « lâches », tant humiliés, persécutés, soumis à toutes les brimades, une fois rendus à leur terre, ont relevé fièrement la tête et se révèlent représenter une puissance militaire mondialement reconnue.
      Les habitants de ce « petit pays merdique », dignes héritiers des hébreux, traversent les pires épreuves portés par le courage de leurs ancêtres, que pourraient leur envier les plus grandes nations A la face du monde, durant la guerre des scuds, guerre qui n’était pas la leur, qu’on leur a imposée et fait subir, le peuple juif, en Israël, et tous les volontaires qui les avaient rejoints pour les soutenir dans cette épreuve inique, a montré sa dignité, sa solidarité, sa force de caractère, le courage inouï d’un peuple prétendument conquérant et dominateur.
     Aujourd’hui on lui refuse de nouveau le droit à la légitime défense, face aux hordes barbares, qui ne cessent de bombarder les civils d’Israël, clamant à tous les vents leur soif d’extermination, uniquement avides de razzias, de conquêtes.

    Mais nous disons aux gouvernements du monde qu’en aucun cas les moyens pour parvenir à la paix ne peuvent être dictés par des puissances étrangères, à commencer l’Europe, dont le proche passé hautement colonialiste ne peut s’inscrire en modèle, et qui pense avoir acquis un droit permanent sur la vie, et les biens du peuple juif !

 

    Malgré toutes les persécutions subies, le lien des Juifs avec Jérusalem est resté indéfectible et durant la longue diaspora, à chaque fois que les occupants les y autorisaient, ils y reviennent, parfois même soutenus par des souverains étrangers de la diaspora … On ne songeait pas alors à leur en dénier leurs « titres de propriété ». Bien au contraire. Y compris du côté des Ottomans, des Arabes :


- le 12 décembre 1918, de Fayçal « Les Arabes et les Juifs, les deux principales branches de la famille sémitique, s’entendent parfaitement. J’espère qu’après les débats de la Conférence de la Paix qui s’inspireront du principe des nationalités et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, chaque nation avancera progressivement vers la réalisation de son idéal ; les Arabes ne sont pas envieux. Ils ne veulent pas gêner l’effort des Juifs sionistes et entendent user de procédés loyaux à leur égard, et ceux-ci ont dit aux nationalistes arabes qu’ils ne désiraient pas non plus empiéter sur leurs droits propres. Les Turcs, par leurs intrigues avaient créé un sentiment de jalousie et de haine entre les colons juifs et les paysans arabes, mais la compréhension mutuelle des buts nationaux effacera la dernière trace de cette amertume qui, déjà avant la guerre, était presque oubliée… »

 

- le 3 mars 1919 : Toujours de l’Emir Fayçal au Professeur Félix Frankfurter (membre de la délégation sioniste à la Conférence de la Paix),
« Nous sommes convaincus que les Arabes et les Juifs sont des parents de race très proches, ayant subi tous deux des persécutions de la part des forces supérieures aux leurs. Mais par une coïncidence heureuse, ils ont été à même de faire ensemble le premier pas vers la réalisation de leurs idéaux nationaux.
Nous autres, arabes, surtout nos intellectuels, regardons avec la plus grande sympathie le mouvement sioniste… Nous travaillons ensemble pour reconstruire et pour faire revvivre le proche-Orient et nos deux mouvements se complètent. Le mouvement juif est national et non impérialiste. Il y a en Palestine assez de place pour les deux peuples. Je crois que chacun des deux peuples a besoin du soutien de l’autre pour arriver à un véritable succès… »

    HELAS, à toutes ces belles volontés, vont se superposer d’autres discours, des intérêts plus ou moins nauséeux, qui casseront dans l’oeuf, les prémices d’un futur de coopération fructueuse entre Juifs et Arabes, qui aurait pu instaurer la paix, le développement, et un essor extraordinaire pour tous les peuples de la région.

 

    POUR CONCLURE SI les Juifs de France doivent partir dans ce petit pays « merdique » comme a si élégamment traité Israël un digne représentant de la France, ils le feront parce qu’une fois encore ils ne se sentent pas en sécurité dans la Patrie des droits de l’Homme ! 

    De leur côté,  et qu'on n'en doute pas non plus,  les israéliens dont le nombre actuel d' à peu près six millions de Juifs, nombre à la sinistre résonnance, sont bien décidés à faire respecter le fameux "PLUS JAMAIS CA!"… » Six millions de Juifs exterminés durant la Shoah... c'est assez, largement ASSEZ"

Yehudit B.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yehudit
commenter cet article

commentaires

MDavid 25/09/2011 00:08



Chalom Judith


Retour vers notre Israël


Hachem  a planté un arbre de vie Sur notre Israël


 Ses racines se sont Propagées sur toute la terre


 Jusqu’à en faire le tour et  rejoindre  l’arbre de vie


Ses racines  sortent  de terre et s’entourent


Autour de l’arbre de vie pour  renforcer l’écorce


Et donner le fruit nouveau mais le noyau  lui est ancien


Ne bâtissons pas notre maison sur du sable


 Et Israël est notre rocher, sans le frapper de notre gaule


La connaissance de Dieu jaillira


MDavid


 



Yehudit 31/07/2011 11:32



Merci Elie mon but est de donner un maxium d'informations, non pas pour contrer les antisémites, leur cas est désespéré! mais bien pour donner à tous ceux qui, parfois, sont en panne d'arguments,
matière à répondre à nos détracteurs..


Je pense également que l'adage "qui ne dit mot consent" est véridique et ne pas répondre, vertement car véridiquement, serait confirmer indirectement leurs assertations, les conforter dans leur
entreprise de sape!


Donc reprenons, approfondissons nos connaissances historiques ... NOTRE HISTOIRE nous devons dorénavant la jeter à la figure de ceux qui cherchent à nous faire disparaître de la scène de
l'Histoire



Davidelie 31/07/2011 10:40



Bonjour Judith, c'est Elie_010 coucou  , je vais proposer ton site à mes amis sur Facebook. J'aime beaucoup
ce que tu écris, je me suis abonné. Bonne continuation.



Présentation

  • : Le blog de israel-de-tout-mon-coeur
  • : ISRAEL... combien ces quelques mots renferment d'amour en moi, de passion, de nostalgie, de révoltes aussi! Combien je souffre de voir ce si petit pays aussi vilipendé, critiqué, si incompris, si mal connu. Combien je me révolte de me sentir impuissante à modifier toute cette désinformation. Ici, pour moi, pour ceux qui y jetteront un oeil, je veux crier ma colère, je veux dire mon admiration, je veux parler en toute liberté, informer, établir une passerelle Yehudit
  • Contact

Profil

  • Yehudit
  • Une amoureuse d’Israël, de la Thorah, et de notre peuple: combien ces mots renferment d'amour, de passion, de nostalgie, de révoltes de voir ce petit pays vilipendé, critiqué, mal connu.Je veux crier ma colère, mon admiration, parler en toute liberté, informer, établir une passerelle Yehudit

Recherche