Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 22:55

«  En ce jour-là, l`Éternel fit alliance avec Abram, et dit: Je donne ce pays à ta postérité, depuis le fleuve d`Égypte jusqu`au grand fleuve, au fleuve d`Euphrate, 19 le pays des Kéniens, des Keniziens, des Kadmoniens, 20 des Héthiens, des Phéréziens, des Rephaïm, 21 des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Jébusiens. ».

 

Cette alliance est symbolisée par les deux lignes bleues du drapeau d'Israël.

 

images

 

C'est ce que l'on appelle le "grand Israël" et qui fait frémir de peur les pays arabes avoisinants, ainsi que tous nos détracteurs et ennemis.
Hélas pour nous, ils n'ont rien à craindre, car si ce rêve nous avait été promis par lord Balfour, en 1917, cela fut ignominieusement trahi par le funeste Livre blanc, qui nous dépossèda de 77,5% de notre terre, pour en faire cadeau à Abdallah d'Arabie, en récompense de ses loyaux services, lors de la guerre contre l'Empire ottoman, menée par la France et la grande Bretagne.
Ces 77,5% devinrent la trans Jordanie, qui elle-même tenta de s'agrandir lors d'une guerre, en 1949, à la suite de tous les pays arabes hurlant au meutre des Juifs,  et prenant le nom de Jordanie.
Mais la guerre des 6 jours, gagnée par Israël, de manière éclatante, corrigea cette outrecuidance, avec la libération de la JUDEE - SAMARIE et de JERUSALEM .

Les pays arabes ne s'en sont pas encore remis, et avec eux les anciens colonisateurs, furieux de voir "leurs" sous-hommes" , relever la tête, et afficher à la face de leurs persécuteurs la grandeur de  YERUSHALAIM, rendue à son peuple, pour l'éternité, ne leur en déplaise, car,


JERUSALEM est la capitale une et indivisible de l'état JUIF d'Israël. ET... CECI N'EST EN AUCUN CAS NEGOCIABLE.


A QUEL TITRE CELA LE SERAIT-IL? QUI D'AUTRE que le peupe juif peut se prévaloir d'avoir gardé en son coeur et son âme, durant des MILLENAIRES, au milieu des pires tourments, le souvenir de TSION. Mais cela VOUS LE SAVEZ...

 

 

Tout au long de ces millénaires où il nous fallait  payer notre « droit » de vivre, nous avons beaucoup donné au monde. Le plus souvent, nous n’avons reçu en échange qu’humiliations, spoliations et la mort. Oui j’affirme, et dis aux gouvernements, aux médias, que vous « saviez » et vous savez encore ! Vous ne pouvez tous être ignorants ou amnésiques, mais comment parler à une société malade, en perte de ses valeurs, qui attribue à autrui sa propre « peste », qui voudrait transformer la victime en bourreau pour mieux faire oublier ses propres crimes.

 

Les gouvernements des pays européens, avec la complicité des médias, n'ont pas assez de courage (ni même sans doute le désir), pour prendre leur responsabilité, rétablir la vérité sur cette flambée de violence anti-juive, cette levée de bouclier anti-israélienne! Si l’antisémitisme se nourrit toujours de quelque chose, cette fois cela aura été, non pas l’intifada, mais leur double langage, leur parti pris politique, leur laxisme, ne pas avoir instauré les limites.

 

Nous ne pouvons ressentir qu’un profond écœurement devant certaines odieuses comparaisons, qui n’honorent certainement pas leurs auteurs, ainsi que le mépris affiché pour notre peuple et « la parenthèse de l’Histoire » qui, pourtant, continue d’offrir au monde tant de réalisations.


Les Juifs, ces pelés, ces galeux, sont de nouveau accusés de tous les maux, mais... Israël, à la population juive de 6 millions d’âmes, (chiffre à la triste résonnance) à la superficie ridiculement réduite à celle de deux départements français, n’aurait définitivement qu’un droit dit « de retenue » sous peine d’être désigné comme le Goliath des Temps modernes !

 

Nos lieux de culte, nos écoles, nos centres communautaires sont transformés en forteresses, dans la rue, et peut-être bientôt nos maisons, devrons-nous porter cuirasse ? Nous demandons autre chose que des paroles lénifiantes, car les insultes sont bien là, les agressions aussi, et l’antisémitisme s’étale comme une lente et sinistre marée noire dans toute l’Europe et, déjà au-delà, y compris les pays que nous pensions susceptibles de la contenir.

 

Alors, aujourd’hui que l’Etat d’Israël est ressuscité de nos cendres, certains d’entre nous, dénonçant le rôle qu’on veut de nouveau leur assigner, ayant pris goût à la liberté, vont jusqu’à prétendre y transporter leurs « pénates » moins effrayés par les attentats que de l’antisémitisme qui progresse.

 Malgré un inconscient collectif, la connaissance de notre Histoire, hors les grandes lignes, se dissout lentement, le ressenti de nos ancêtres face à l’antisémitisme reste imparfait, alors que nous sommes de plus en plus nombreux à avoir le sentiment de revivre leur inquiétude, leur isolement.

Pourtant, devant la répétition- constante - des vicissitudes et persécutions, subies par le peuple juif, il est urgent d’en souligner les similitudes à travers temps et espace, jusqu’à nos jours, puis, par l’intermédiaire de leurs écrits, de redonner vie et parole à ceux des nôtres qui se sont heurtés de plein fouet à la folie des hommes et connaître la réponse qu’ils ont tenté d’y apporter. Puissent-ils, le temps d’une lecture, nous tenir par la main dans ces nouveaux temps d’incertitude et nous guider vers la meilleure réponse pour chacun d’entre nous.

 

Pour moi, cette réponse, s'appelle ISRAEL, et est représentée par le drapeau bleu et blanc, qui flotte fièrement au vent de notre terre promise.
Cette étoile est le symbole de la dignité retrouvée, ainsi que la signature d'une promesse, celle que fit HaChem, aux enfants d'Israël!

 

 

PETIT RETOUR HISTORIQUE:( Cette partie extraite du livre "SABA1 la Bête est revenue" est protégée par les lois du copyright)

 

"1)  La terre de Canaan

 Tout d'abord sur une carte  nous pourrions voir, éparses, les cités/états des tribus cananéennes, sous la domination de l’Egypte pharaonique jusqu’à sa chute vers 1500 avant J.C.

 

puis

 

2) Les douze tribus : Dan, Benjamin, Manassé, Juda, Ephraim, Zabulon, Gad, Simon, Asher, Naphtali, Ruben, Issachar, se partageront la terre. Ils lutteront contre de nombreux ennemis, dont les Philistins, nommés également « Peuple de la mer ». Provenant des îles grecques, jusqu’aux côtes cananéennes, ils s’étaient sédentarisé sur la côte, au sud, avec l’établissement de cinq cités-états, dans la région connue sous le nom de : Gaza. Grecs et romains l’appelleront  "Palastina", (retenons que les Philistins n’étaient pas arabes, dont l’invasion vint très longtemps après, et que la dénomination arabe de « palestina »  provient de Peleshet). 

 Leur avancée vers l’intérieur des terres sera freinée par Saül. David les arrêtera

 

3) Les Royaumes d’Israël  (les rois remplacent les Juges) :

- Le premier roi en sera Saül, (-1029 à -1007), de la tribu de Benjamin. A sa mort, David, de la tribu de Juda, règnera (d’abord) à Hébron, Ish-Boshet, fils de Saül, sur les tribus de Benjamin et Ephraïm.

 

Vous trouverez un carte sur le “Penguin Atlas of World History Volume One”, 1974 

   

. Aux environs de l’an –1000, David, ralliant les tribus, règnera durant trente ans, réduisant les ennemis d’Israël, particulièrement les Philistins et les Cananéens, agrandissant le royaume, et la prise d’une bourgade jébuséenne la rendra célèbre pour l’éternité. Elle s’appellera désormais Yerushalaïm (Jérusalem) et deviendra sa capitale ainsi que celle du peuple juif.


  La lutte fratricide entre deux des fils de David, entraînera la mort d’Amnon par son frère Absalon qui, à  son  tour,  sera  tué.

A  la  mort  de  David,  en - 967, un autre de ses fils, Salomon, lui succèdera.

 

- Salomon construira le premier Temple confirmant ainsi le statut de Jérusalem en tant que capitale et centre spirituel du peuple juif. La réputation du roi Salomon, traversera temps et espace jusqu’à nous.

Longtemps durera la paix. Mais vers la fin de son règne, les mécontentements grandissent, tandis qu’à  l’extérieur du royaume les ennemis attendent leur revanche. C’est ce qui se produira, après sa mort, en – 928. Le royaume éclate alors en deux :

 

- le royaume d’Ephraïm au Nord, avec pour capitale Sichem, deviendra Samarie (ou Israël)

- le royaume de Juda au sud, avec le Temple et sa capitale Jérusalem.

 

Les deux royaumes se livreront une guerre sans merci, tandis que leurs ennemis  fourbissant leurs armes, profitent de cet affaiblissement pour envahir, et conquérir. Les «frères ennemis » devront alors composer, et certains  rois « porteront leur royaume au zénith de sa puissance ».

Ce seront, en Israël, royaume du Nord :  « Omri, roi sous-estimé, fondateur de Samarie, Achab, Jéroboam II (-790/-750) »,  « en Juda,  Josaphat et Ouzia ».*

Mais les envahisseurs, et les évènements, vont se succéder qui verront :

 

-Tout d’abord en –722 :

. l’effondrement du royaume d’Israël dont la capitale Samarie tombera aux mains des Assyriens, devenant partie de leur empire,

. la déportation de ses habitants, et que disparaîtra ainsi une grande partie du peuple hébreu. (Les Samaritains seront la résultante de l’assujettissement des populations restantes au joug assyrien).

. Mais un deuxième drame se préparait pour le peuple hébreu et ce qu’il restait des deux royaumes, c’est-à-dire celui de Juda...

 

- En –701, Sennachérib, roi d’Assyrie tente d’anéantir le deuxième royaume et assiège Jérusalem. Son oeuvre de destruction ne sera que partielle et la ville résistera. Mieux même car sous le règne de Josias, Juda se restructurera.

Ce ne sera que temporaire puisque, une fois de plus, à la mort de son roi le royaume s’affaiblira et,

. Sous le règne de Sédécias, Babylone, nouvelle puissance, assiégeant Jérusalem à son tour, s’engouffre dans la brèche des murailles ceinturant la ville le 17 tamouz et, trois semaines après,

 

Le 9 av –586, Nabuchodonosor conduisant son armée, fait tomber Jérusalem, livrée au pillage et aux flammes, détruit  le Temple, déporte ses habitants...

Première destruction du Temple, première déportation jusque sur les rives de Babylone où les Hébreux  pleureront le Temple détruit. Le premier exil commençait !

 

- Puis arrive Cyrus, roi de Perse, autre conquérant certes, mais qui autorise les Hébreux à reconstruire le Temple.

- Hélas, une nouvelle conquête greco-syrienne, menée par Alexandre le Grand, les assujettis de nouveau, cette fois à la domination hellénique.

 

Citons comme autre principal évènement entre la chute d’Alexandre le Grand et Rome :

 

–164 le royaume hasmonéen se révolte, conquiert une semi-indépendance, temporairement protégé par un traité avec Rome, jusqu’à...

 

3) Rome et la destruction du deuxième Temple...

 

- La conquête de Jérusalem par Pompée (-61) sonnera la subordination du royaume d’Israël à Rome, dont une partie cependant dépendra du roi Hérode l’Iduméen, connu comme bâtisseur de Massada, de la forteresse d’Hérodion, que ne manquent pas de visiter les touristes, mais également de l’embellissement et agrandissement du Temple.

             

Mais c’est aussi  la période où s’exercera la première volonté de déjudaïsation par l’Empereur Hadrien, du royaume d’Israël qui, après avoir été appelé « Provincia Judaea roman » , sera renommé « Provincia Palaestina Syria» (en 135) ainsi que de Jérusalem qui deviendra, un temps, Aelia capitolina. (Palaestina Syria parce-qu’au 5ème siècle avant J.C. les Grecs appelaient la côte est de la méditarranée, « The Palaestina Syria »).

Malgré quelques tentatives pour reconquérir leur indépendance, dont la révolte de Bar-Kohba en 133, le nouvel exil des hébreux se préparait et, après la deuxième destruction du Temple par les légions romaines de Titus en 70, il durerait, cette fois, presque deux mille ans, et leur terre divisée à plusieurs reprises, sera livrée à la désolation. Pour un grand nombre d’entre eux cela se passerait dans les pays « d’accueil » d’une large et deuxième déportation, pour les autres, dans les ruines du royaume anéanti. Pour tous, d’autres massacres, d’autres humiliations... le sceau de l’infamie !

 

 4) « Intermèdes » chrétien, grec, perse, conquête arabe... 

- En 1099, les croisés conquièrent ce qui sera donc dorénavant nommé la « Palestine ».  Leur  « royaume » durera moins de cent ans.

  - Un temps chrétienne, la Palestine tombera en 614 après la conquête d’Héraclius en 629. Brièvement reconquise par la Perse, elle succombera à la conquête arabe sur tout le moyen orient, et Jérusalem en 640.

De nouveau, la terre sera partagée : en deux parties, Nord et sud. La capitale du Nord sera Tabariyed (Tibérius) et celle du sud prendra le nom de Al-Lud (Ramleh ou Ramalah).

 

Cette conquête, arabe, à son tour subira quelques revers : de nouveaux conquérants s’installeront sur la terre des anciens royaumes d’Israël et les Hébreux continueront de subir leur long calvaire :

 

5) La conquête ottomane de 1517 à 1917 :

 

Cette fois ce seront les Turcs ottomans, (qui n’étaient pas arabes mais de religion musulmane). Sous leur occupation, le nom de Palestine conservé, la terre sera divisée en 4 districts, et administrativement rattachée à la province de Damas.

Notons que le gouvernement de Soliman le Magnifique favorisera une immigration juive, l’augmentation de la population juive de certaines bourgades, l’étude de la Kabbalah*, la codification du Choulhran Aroukh*. Puis, encore un déclin et sa résultante :

 

« A la fin du 18ème siècle la majeure partie de la terre, vide de propriétaires, fut abandonnée à des fermiers improvisés, au désert, aux terres arides », ainsi nous les décrivent voyageurs et écrivains...

 

"Nothing there [Jerusalem] to be seen but a little of the old walls which is yet remaining and all the rest is grass, moss and weeds." English pilgrim in 1590 

"Il n'y a rien à voir à Jérusalem hormis quelques vieux murs qui restent encore.   Tout  n'est qu’herbe, mousse et mauvaises herbes. " Pèlerin anglais en l'an 1590 

 

"The country is in a considerable degree empty of inhabitants and therefore ts greatest need is of a body of population".    British consul in 1857

"Le pays est vide d'habitants. Par conséquent son besoin le plus grand est d’avoir une population" Le consul britannique –1857

 

etc...

                                           

6) Première guerre mondiale 1914/1918. Défaite de l’empire ottoman, avec l’aide de l’Arabie. Conséquence: Une large colonisation occidentale le remplace, aux dramatiques conséquences pour l’Histoire des peuples du Moyen-Orient (alliances, reniements, remodelage de la géographie et de l’Histoire de la région, disparition et création d’états... jusqu’à ce jour : Le partage créé par l’Empire ottoman servira de base à la conquête coloniale, et le nom de Palestine repris, appliqué au territoire placé sous le Mandat britannique « pour la Palestine ». 

 

1917 verra la Déclaration de Lord Balfour, reconnaissant la nécessité et le droit pour le peuple juif de posséder un Foyer national juif, sur toute l’étendue de la Palestine mandataire (c'est-à-dire jusqu'à ce que nous appelons ajourd'hui l'Irak). La S.D.N. (Société des Nations) confiera à la Grande-Bretagne le soin de le mettre en oeuvre.

 

Le 19ème siècle qui a vu l’arrivée des premières vagues d’Alya juive et le développement progressif de la terre aride, en verra également sa conséquence immédiate : l’afflux massif d’autres arrivants, cette fois arabes !

Hélas, la désinformation orchestrée au plus haut niveau, l’occultation de cette information en démontre sans aucun doute l’intérêt. 

Prenant le peuple juif en otage d’intérêts sordides, son  « omission », ainsi que celle du reniement de la Loi Balfour, par le Livre blanc, dépossèdant le peuple juif de 77 % de ce qui devait leur revenir, et la création de la Transjordanie, l’attribuant à Abdallah d’Arabie en remerciement de ses « loyaux services » et de son aide dans la défaite de l’empire ottoman, participe activement à la propagande que les Juifs ont chassé arbitrairement un peuple, et, fait aggravant, « propriétaire » de « la Palestine ». Ce qui justifierait, par voie de conséquences, les revendications arabes et leur soutien par l’Occident !

L’amnésie est générale sur le fait que les Juifs ont été les premiers « palestiniens », puisqu’il faut utiliser ce nom, d’il y a plus de deux mille ans – et qu’un nombre non négligeable s’y est maintenu contre vents et marées !

Le présent, notre présent à tous, étant le prolongement direct de ce passé occulté, faisons-le d’urgence sortir des oubliettes de l’Histoire, car une nouvelle tentative d’annihilation de l’état juif est en cours.

Il ne faudrait pas que d’aucuns soient tentés par un facile  « Je ne savais pas ! »

LA SUITE dans "Saba1 la bête est revenue" mais en résumé, à garder à l'esprit:

 

Le magistral reniement des engagements pris envers le peuple juif lors du décret de la Loi Balfour, et la fin du Mandat britannique, et la décision d'une partition entre un état arabe et un état juif : 

77% ayant déjà été offert aux Arabes, sous l’appellation de Transjordanie, les 23% restant auraient dû, pour le moins, revenir aux Juifs.

Hélas ! il fût décidé par les autorités occupantes d'une nouvelle ré interprétation de l’Histoire et que, seulement 56 % des 23%  restant reviendraient aux Juifs pour la création de leur état, tandis qu’un nouveau pourcentage de 42%, sur ces 23 %, seraient  attribué aux Arabes – et qu’une nouvelle zone, dite internationale, décrétée par un droit de revendication de la chrétienté sur une zone incluant Jérusalem – était adjugée pour 2%, à la disposition du monde chrétien.

 

Au total sur les 100% du Foyer national juif, seulement 13 % resterait purement propriété du peuple juif...  

C’était sans doute encore trop, car c’est sur ce partage que se poursuivent aujourd’hui les revendications arabes, les guerres, les attentats, les continuels appels à notre extermination, les pressions occidentales !

 

_________________________________________________________________________

  L'inversion des faits : Les territoires appelés « occupés » l’étaient en effet mais, par les jordaniens eux-mêmes depuis 1949 ! Non contents d’avoir reçu les ¾ de la terre  promise au peuple juif, par la loi Balfour, d’avoir envahi la Judée/Samarie en 49, d'avoir transformé Jérusalem, et particulièement l'accès au Korel, en poubelle, en 68 la Jordanie déclenche les hostilités contre Israël, qui lui demandait de rester en dehors du conflit, dans l’intention annoncée d’une nouvelle conquête de tout Israël, et de participer à la curée d’une extermination juive. 

  Israël a su l’éviter et, gagnant cette guerre, sera  accusé d’être le conquérant et l’occupant !?

Mais exit de l’agression de  la Transjordanie  en 49, et de la création d'un nouveau pays arabe - sous le nom de Jordanie!


Y auraient-ils des conquérants plus conquérants que d’autres 

  ___________________________________________________________________________________

 

Détails complémentaires :

L’OLP est née afin de réaliser les objectifs de « libération des palestiniens ». La Charte les définit de manière précise et radicale, ne laissant aucune alternative à un quelconque dialogue, ni à la paix. La seule réalité acceptable étant celle des palestiniens…

Dans les débats où s’affrontent différents groupes, aux tendances partagées et parfois contradictoires, le seul dénominateur commun est la Palestine, et un but : s’organiser pour s’affirmer, obtenir un droit moral, une légitimité, auprès des gouvernements…

Le moyen le plus rapide pour y accéder sera la poursuite d’une réécriture de l’Histoire, ratifiée par un   occident, dont les intérêts lui avaient soufflé d’en commencer la rédaction, par le Livre blanc.

 

La bienveillance occidentale concernant les revendications arabes (sous le titre trompeur d'un "peuple palesinien"), qui s’affirmera au fil du temps, l’éloignement de sa responsabilité dans le génocide d’un tiers du peuple juif, le développement d’Israël et de ses victoires militaires, (oubliant qu’à chacune d’elles c’est tout un peuple qui joue sa survie), deviendra d’autant plus précieuse que des dissonances se font entendre quant à l’accueil réservé par les pays arabes, peu rassurés par les promesses palestiniennes quant au respect de leur souveraineté territoriale.

Le Liban, la Syrie, l’Egypte et la Jordanie sont fort peu enclins à accepter une armée palestinienne, irrégulière, un foyer d’agitation et de vengeance,  et l’Histoire montrera que ces pays les rejetteront, de manière sanglante, après les avoir maintenus dans des bidonvilles et qu’ils viendront grossir le flot du retour en Palestine, 

  __________________________________________________________________________________

 

Constitution de l’organisation terroriste Septembre noir. Le roi Hussein de Jordanie déclare : « Je ne sais pas ce qu’ils peuvent espérer, sinon ruiner ce pays … je ne tolèrerais pas le retour aux pratiques du passé. La place des feddayins n’est pas dans les villes et les villages de mon royaume mais dans les territoires occupés d’Israël »1… « depuis la guerre des six jours et l’afflux dans notre pays de centaines de milliers de réfugiés, notre royaume est devenu un centre de subversion internationale. Mais je mettrai fin à cela ».

 

« La tragédie est que le roi Hussein peut difficilement s’arrêter à mi-chemin … Une nette victoire lui est en effet nécessaire pour conserver le soutien de son armée ainsi que de son trône. Il est persuadé que les fedayins sont plus que jamais décidés à lui ravir le pouvoir et que tout compromis auquel il souscrirait en désespoir de cause ne constituerait pour eux, qu’une ruse de guerre, qu’un répit qui leur permettrait de repartir à l’assaut de la monarchie. » Eric Rouleau (26 septembre 1970)2

   

Fin août 1970, Septembre noir : des chars syriens pénètrent en Jordanie, des milliers de palestiniens sont massacrés, des dizaines de milliers d’autres, blessés, victimes de l’artillerie lourde sur les camps, et des centaines de milliers rejoignent le Liban.

____________________________________________________________________________

 

La guerre d’indépendance de 1948 n’est pas encore finie et la responsabilité de l’occident dans les drames et déchirures du monde, est grande dans cette partie du globe.

A cet occident, je dis : Ne parlez pas de paix, quand vous n’avez que vos intérêts en vue, ne donnez pas de leçons d’une fraternité à la géographie si variable !

 

A nous, il revient d’affirmer nos droits et ne pas céder sur celui élémentaire de chaque peuple : l’auto détermination dans son destin, (incluant celui de sa terre et de ses lieux saints).

Combien de temps encore supporterons-nous l’ingérence du monde !

Saurons-nous enfin, prendre notre destin en main, définitivement, et le faire respecter

N’oublions jamais ce que nous a valu la bienveillante attention de ces peuples qui nous ont martyrisés, spoliés, exterminés. 

 Demandons-nous si – tel n’avait pas été le cas – à combien s’élèverait la population du peuple juif, quelle serait la superficie de sa terre ! Gageons que si notre nombre était tel qu’il l’aurait dû, que ni les U.S.A, ni l’0ccident ne nous traiteraient avec condescendance, que les pays arabes, de bon ou mal gré, nous ficheraient la paix.

Alors, face à un occident sans doute bien marri de ne plus pouvoir diviser, pour « mieux ? » régner, les enfants d’Abraham formant alors un bloc au Moyen-Orient, Chalom »  pourrait côtoyer « Salam ».

 

  Yehudit B.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yehudit
commenter cet article

commentaires

AMMON 28/01/2014 18:56


C'est curieux les coincidances,hier j'ai ressorti les cartes d'Israël qui me servaient lorsque j'étais volontaire et donnateur à l'AUJF.


Cordialement


Jean-Claude

Yehudit 28/01/2014 19:25



Et tu en as conclu quoi??? qu'on se fait avoir?  En tout cas c'est ce que je pense, on cède du terrain et ce n'est pas bon du tout. On n'aura pas la paix comme çà parce que pour les arabes
c'est un aveu de faiblesse, alors que nous on recherche si désespéremment la paix, et à avoir... enfin... une vie exempte de drames, qu'on est prêt à des sacrifices. Mais trop c'est trop. On n'a
apresque plus rien de ce qu'étaient les royaumes de David et Salomon, et ce que nous avait fait miroiter Lord Balfour.
Si la France et la Grande Bretagne n'avaient pas colonisé cette région, nous n'en serions pas là, La Jordanie ne devrait pas exister, car il n'y aurait pas eu de trans jodanie, et si il n'y avait
pas tous ces pogroms, inquisition et la Shoah, nous remplirions notre terre jsuqu'à l'Irak. Il n'y aurait pas de grand ou "petit" Israël, il y aurait Israël tout court, en lieux et place des
royaumes de nos rois.


Chalom chalom



Présentation

  • : Le blog de israel-de-tout-mon-coeur
  • : ISRAEL... combien ces quelques mots renferment d'amour en moi, de passion, de nostalgie, de révoltes aussi! Combien je souffre de voir ce si petit pays aussi vilipendé, critiqué, si incompris, si mal connu. Combien je me révolte de me sentir impuissante à modifier toute cette désinformation. Ici, pour moi, pour ceux qui y jetteront un oeil, je veux crier ma colère, je veux dire mon admiration, je veux parler en toute liberté, informer, établir une passerelle Yehudit
  • Contact

Profil

  • Yehudit
  • Une amoureuse d’Israël, de la Thorah, et de notre peuple: combien ces mots renferment d'amour, de passion, de nostalgie, de révoltes de voir ce petit pays vilipendé, critiqué, mal connu.Je veux crier ma colère, mon admiration, parler en toute liberté, informer, établir une passerelle Yehudit

Recherche