Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 09:43

Depuis quelques jours, une information que l'on semble RE découvrir, circule:

 

"l’article 80 de la Charte des Nations Unies*, jadis officieusement appelée « clause du peuple juif », conserve intacts tous les droits accordés aux Juifs par le Mandat britannique pour la Palestine, même après l’expiration dudit mandat les 14/ 15 mai 1948."

 

 

Ainsi  nous avons la parade, et quelle parade, à opposer à toutes les accusations faites à Israël, sur une prétendue occupation des terres de Yehuda Ve Shomron (Judée Samarie) mais cette parade nous l'avons depuis longtemps, ce n'est pas une découverte et une nouveauté en soi,  MAIS  nous ne nous en servons jamais... pourquoi??? de quoi avons nous peur? Que justice nous soit rendue?
Il est plus qu'urgent que nous rappelions ces textes SYSTEMATIQUEMENT  à chaque pression mondiale, aux Arabes...et que nous n'en démordions pas.

Avant de convaincre nos ennemis c'est NOUS qui devons prendre totalement conscience de nos droits, une fois que ce sera acquis nous serons libérés car nous saurons comment nous défendre.
Je suggère même que nous déposions plainte auprès du tribunal international de la Haye (si prompt à nous accuser de tout et de rien) pour fraude et falsification des textes, de la part de l'ONU, fraude de la part de A.Mazen et tutti quanti.
Que voilà du beau linge qui nous devrait quelques explications, excuses, et moult dédommagements pour les préjudices subis.
Il ne suffit pas d'avoir la loi pour nous, encore faut-il savoir l'utiliser! et dans ce domaine, nous sommes nuls, alors pour changer, pour la venue du président OBAMA je lui préparerais une copie de ces lois bafouées et rebafouées. Si ensuite il persiste et signe en demandant à Israël de continuer à se suicider, se fasse complice de ces malversations, alors il ne méritera qu'une chose lui aussi: le tribunal de la Haye.

Voici ces textes... à vous de juger mais cela est extrêmement clair.

Les occupés ce sont les israéliens, ceux à qui on a volé des terres,  ce sont les Juifs, ceux qui sont en droit de réclamer justice, ce sont les Juifs!

Il y en a plus qu'assez que l'antisémitisme, le plus séculaire, obscurcisse les esprits, embrume des cerveaux trop étriqués pour réfléchir au lieu de ressembler à des moutons de Panurge.

 

Lisez, imprimez et distribuez ces textes. Vous ferez oeuvre de justice et de "salubrité publique"

 

En anglais:

 

 

Signature-de-la-Charte-de-l-ONU---1945-300x239.jpgsignature de la charte de l'ONU 1945

extrait de Israel-Flash.com

 

Article 80 de la Charte des Nations Unies :
1. Except as may be agreed upon in individual trusteeship agreements, made under Articles 77, 79, and 81, placing each territory under the trusteeship system, and until such agreements have been concluded, nothing in this Chapter shall be construed in or of itself to alter in any manner the rights whatsoever of any states or any peoples or the terms of existing international instruments to which Members of the United Nations may respectively be parties.
2. Paragraph 1 of this Article shall not be interpreted as giving grounds for delay or postponement of the negotiation and conclusion of agreements for placing mandated and other territories under the trusteeship system as provided for in Article 77.
http://www.yale.edu/lawweb/avalon/un/unchart.htm#art80

 

Commentary » Analysis » Article 80 and the UN Recognition of a “Palestinian State”
September 22, 2011 10:58 am 5 comments Author:
Howard Grief

Arab states Article 80 gaza General Assembly Ileana Ros-Lehtinen international law Judea Land of Israel League of Nations palestinian authority Samaria San Remo Peace Conference UN charter United Nations Security Council
The Signing of the United Nations Charter in 1945.
In the entire debate now taking place on whether the United Nations Security Council or General Assembly has the right to approve the application of the “Palestinian Authority” to be recognized as a new member state of the UN, almost no mention is made of the legal fact that the UN itself is barred by its own Charter from acting upon or approving such an application.

The reference here is, of course, to Article 80 of the UN Charter, once known unofficially as the Jewish People’s clause, which preserves intact all the rights granted to Jews under the Mandate for Palestine, even after the Mandate’s expiry on May 14-15, 1948.

Under this provision of international law (the Charter is an international treaty), Jewish rights to Palestine and the Land of Israel were not to be altered in any way unless there had been an intervening trusteeship agreement between the states or parties concerned, which would have converted the Mandate into a trusteeship or trust territory.

 The only period of time such an agreement could have been concluded under Chapter 12 of the UN Charter was during the three-year period from October 24, 1945, the date the Charter entered into force after appropriate ratifications, until May 14-15, 1948, the date the Mandate expired and the State of Israel was proclaimed.

Since no agreement of this type was made during this relevant three-year period, in which Jewish rights to all of Palestine may conceivably have been altered had Palestine been converted into a trust territory, those Jewish rights that had existed under the Mandate remained in full force and effect, to which the UN is still committed by Article 80 to uphold, or is prohibited from altering.

___________________________________________________________________________________
As a direct result of Article 80, the UN cannot transfer these rights over any part of Palestine, vested as they are in the Jewish People, to any non-Jewish entity, such as the “Palestinian Authority.”

Among the most important of these Jewish rights are those contained in Article 6 of the Mandate which recognized the right of Jews to immigrate freely to the Land of Israel and to establish settlements thereon, rights which are fully protected by Article 80 of the UN Charter.
_____________________________________________________________________________________
It should be common knowledge that under the Mandate, all of Palestine was reserved exclusively for the establishment of the Jewish National Home and future independent Jewish State, as was previously decided at the San Remo Peace Conference that took place in April 1920.

Or put another way, no part of Palestine was allotted for an Arab National Home or state, since Arab self-determination was being generously granted elsewhere – in Syria, Iraq, Arabia, Egypt and North Africa – which has led to the establishment of the 21 Arab states of today, over a vast land mass from the Persian Gulf to the Atlantic Ocean.

There is thus no necessity for a new independent Arab State in the specific area of former Mandated Palestine reserved for Jewish self-determination, most particularly, in Judea, Samaria and Gaza.

Creating such a state out of Jewish land would be blatantly illegal under Article 80 of the UN Charter and beyond the legal authority of the UN itself.

In this respect, neither the League of Nations nor its successor, the United Nations, ever had sovereign rights over the land we Jews call Eretz-Israel.

____________________________________________________________________________

As a non-sovereign, the UN has no power whatsoever to allot territory to the “Palestinian Authority” where the allotted territory already belongs to the Jewish People.
___________________________________________________________________________________
Moreover, there is no article in the UN Charter which gives either the Security Council or the General Assembly or even the Trusteeship Council the power to create a new independent state.

If the UN had such power, then logically it would also have the inverse power to “de-create” or dismember an existing state, a power it certainly does not enjoy under the UN Charter. If, theoretically speaking, this power did exist, the UN would be in effect a world legislature that could make or unmake states by its own volition, a power that would put in jeopardy the present world order.

For the foregoing reasons, the bill introduced in the US Congress by Ileana Ros-Lehtinen is definitely the proper course of action to follow.

____________________________________________________________________________________

UN illegality needs to be roundly condemned and stopped dead in its tracks by an appropriate punitive measure,

_____________________________________________________________________________

exactly as Ros-Lehtinen has proposed.

Her bill would be even more worthy if it were to include a direct reference to Article 80 and to the fact that the UN has no legal power to create a state or to allot another state’s territory for that purpose, accomplished through the devious or underhanded means of accepting the applicant’s request for membership in the world body.

 

En français: extraits de Israel-Flash

Scandale: l'O.N.U. l'Europe et les Etats-Unis ne respectent pas le droit international


"Dans le débat pour savoir qui, de l’Organisation des Nations Unies, du Conseil de sécurité ou de l’Assemblée générale a le droit d’approuver la demande de l’«Autorité palestinienne» d’être reconnue comme un nouvel Etat membre de l’ONU, presque aucune mention n’est faite du cadre juridique par lequel l’ONU est empêchée par sa propre charte d’agir ou d’approuver une telle demande....
...
l’article 80 de la Charte des Nations Unies*, jadis officieusement appelée« clause du peuple juif », qui conserve intacts tous les droits accordés aux Juifs par le Mandat britannique pour la Palestine, même après l’expiration dudit mandat les 14/ 15 mai 1948.

En vertu de cette disposition du Droit international (la Charte des Nations Unies est un traité international), les droits des Juifs en Palestine et à la terre d’Israël ne doivent être modifiés d’aucune façon, sauf en cas d’accord de tutelle entre les États ou les parties concernées, ce qui aurait transformé le mandat en tutelle, ou en « territoire sous tutelle ».

La seule période où un tel accord aurait pu être conclu, en vertu du chapitre 12 de la Charte des Nations Unies, court sur une période de trois ans du 24 Octobre 1945, date où la Charte est entrée en vigueur après les ratifications appropriées, au 14/ 15 mai 1948, date à laquelle le mandat a expiré, et l’Etat d’Israël a été proclamé.

___________________________________________________________________________________

Comme aucun accord de ce type n’a été passé au cours de cette période de trois ans où les droits des Juifs sur l’ensemble de la Palestine auraient pu être convertis en un « territoire sous tutelle », ces droits (des Juifs) qui ont existé sous le mandat ont dans leur intégralité force exécutoire, et l’ONU est toujours engagé par cet article 80, et n’est pas autorisé à le modifier.

Conséquence directe de l’article 80, l’ONU ne peut pas transférer les droits qui ont été donnés au peuple juif sur tout ou partie de la Palestine à une entité non-juive telle que l’«Autorité palestinienne».

Parmi les plus importants de ces droits conférés aux Juifs figurent ceux de l’article 6 du Mandat qui a reconnu le droit des Juifs à « immigrer librement sur la terre d’Israël et à y établir des colonies de peuplement », et ces droits sont totalement protégés par l’article 80 de la Charte des Nations Unies.

_____________________________________________________________________________

Ill devrait être de notoriété publique que sous le mandat britannique, toute la Palestine était réservée exclusivement à l’établissement du foyer national juif et du futur Etat juif indépendant, comme cela avait été précédemment décidé lors de la conférence de paix de San Remo en Avril 1920.

En d’autres termes, aucune partie de la Palestine n’a été allouée pour un état nation ou un Etat arabe, puisque les droits des Arabes à l’autodétermination avaient été généreusement accordés ailleurs – en Syrie, en Irak, en Arabie, en Egypte et en Afrique du Nord – ce qui conduisit à la création de 21 Etats arabes contemporains, sur une immense masse terrestre qui va du golfe Persique à l’océan Atlantique. Il n’y a donc aucune nécessité de créer un nouvel Etat arabe indépendant sur le territoire spécifique de l’ex-Palestine mandataire réservée à l’auto-détermination juive, et plus particulièrement en Judée, en Samarie et à Gaza.

Créer un tel état sur les terres juives serait illégal en vertue de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, et outrepasserait l’autorité juridique de l’ONU elle-même.

À cet égard, rappelons que ni la Société des Nations, ni son successeur l’Organisation des Nations Unies, n’ont jamais eu aucun droit souverain sur la terre que nous juifs appelons Eretz-Israël. En tant qu’entité non-souveraine, l’ONU n’a aucun pouvoir d’attribuer un territoire à l’«Autorité palestinienne», et encore moins sur le territoire qui appartient déjà au peuple juif.

Aucun article de la Charte des Nations Unies ne donne au Conseil de sécurité ou à l’Assemblée générale ou au Conseil de tutelle, le pouvoir de créer un État indépendant.

Si l’ONU avait un tel pouvoir, alors, logiquement, il aurait également le pouvoir inverse, c’est à dire de «dé-créer» ou démembrer un État existant, un pouvoir qui n’entre absolument pas dans les attributions de la Charte des Nations Unies. Si, toujours en théorie, ce pouvoir existait, l’ONU serait en effet un pouvoir législatif universel qui pourrait faire ou défaire les États par sa propre volonté, et il deviendrait alors une puissance qui mettrait en péril l’ordre mondial.

Pour les raisons qui précèdent, le projet de loi présenté au Congrès américain par Ileana Ros-Lehtinen* est la voie à suivre.

L’illégalité de l’ONU doit être sévèrement condamnée et arrêtée net dans son élan par une mesure punitive appropriée, exactement comme Ros-Lehtinen l’a proposé.

Son projet de loi aurait encore plus de force s’il incluait une référence directe à l’article 80, et au fait que l’ONU n’a aucun pouvoir légal pour créer un état, ou confisquer une partie du territoire d’un autre Etat afin d’accepter par des moyens détournés ou sournois la demande du requérant à l’adhésion à l’organisation mondiale.

 

* Ileana Ros-Lehtinen (élue Républicaine de Floride d’origine cubaine), responsable du comité des Affaires étrangères du parlement américain a, entre autres, demandé au Congrès, en août 2011, de voter des sanctions punitives contre l’ONU s’il s’obstine à donner droit à la demande des Palestiniens à la création d’un Etat.

Traduction et adaptation © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuzz  Source algemeiner 

LIRE AUSSI/ LE PROJET AVALON sur le site:
http://www.yale.edu/lawweb/avalon/un/unchart.htm#art77
SUITE:

Et voici la lettre adressée l’an dernier à Ban Ki Moon pour lui rappeler qu’en tant que Chef de cette organisation il est tenu de faire respecter la charte des Nations-Unies

Lettre des avocats et juristes internationaux à Ban Ki Moon (S.G de l’ONU) sur le caractère illégal d’un « Etat palestinien » déclaré unilatéralement

Adapté par Aschkel Version française  © 31 mai 2011 aschkel.info republié sur Israël-flash le 03.03.2013

Source – JCPA

Lettre au Secrétaire Général des Nations-Unies

Une résolution de l’Onu de reconnaître un « Etat palestinien dans les « Frontières de 1967″ est illégal

Ce qui suit est une lettre rédigée conjointement par les avocats du Forum Juridique pour Israël et par Alan Baker Directeur des Affaires contemporaines au

La lettre est adressée au Secrétaire Général des Nations Unies et signée par des juristes et avocats internationaux du monde entier.

La lettre met en garde le Secrétaire Général de l’illégalité intrinsèque, des dommages à l’ONU et au processus de paix au Moyen-Orient qui serait causé par l’adoption d’une résolution déclarant un état palestinien avec détermination de ses frontières.

25 05 2011

Son Excellence Monsieur Ban Ki Moon

Secrétaire général des Nations Unies

New York – NY 10017

 

Excellence,

Sujet – le projet de résolution de l’Assemblée générale à reconnaître un « Etat palestinien « ‘dans les « frontières de 1967″ – une action illégale.

Nous les soussignés, avocats à travers le monde qui sommes impliqués dans les questions générales du droit international, étant liées étroitement au conflit israélo-palestinien, faisons appel à vous pour user de votre influence et de votre autorité auprès des Etas membres de l’ONU, en vue d’empêcher l’adoption que la délégation palestinienne entend présenter à la prochaine session de l’Assemblée générale de reconnaître un « Etat palestinien » sur les « frontières de 1967″.

Selon toutes les normes et critères, une telle résolution, si elle était adoptée serait en violation flagrante de tous les accords conclus entre Israël et les Palestiniens, elle contreviendrait également aux résolutions de l’ONU telles que la 242 (1967) et la 338 (1973) et des autres résolutions qui découlent de celles-ci.

 

Notre raisonnement est le suivant :

1 La base juridique pour la création de l’Etat d’Israël a été la résolution adoptée à l’unanimité par la Société des Nations en 1922, confirmant la création d’un foyer national pour le peuple juif sur le territoire historique de la Terre d’Israël. Cela comprend la Judée-Samarie, Jérusalem et les implantations juives à proximité. Ce fut ensuite confirmé par les deux chambres du Congrès américain.

2 L’article 80 de la Charte des Nations unies détermine la validité des droits accordés à tous les Etats et les peuples sur la base des documents internationaux existants (y compris ceux adoptés par la Société des Nations) En conséquence, la résolution ci-dessus (1) reste valable pour les 650.000 israéliens vivant actuellement en Judée-Samarie et de Jérusalem-est, qui résident légitimement dans ces endroits.

3. « Les frontières de 1967 « n’existent pas et n’ont jamais existé.

Les Accords d’armistice de 1949 conclu entre Israël et ses voisins qui établissent les lignes de démarcation d’armistice indiquent clairement que ces lignes « sont sans préjudice pour les règlements territoriaux ultérieurs, tracé de frontières ou revendications de chacune des parties liées ».

En conséquence, elles ne peuvent ni être acceptées, ni être déclarées comme les frontières internationales d’un « Etat palestinien. »

4 Les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU (242 et 338) ont appelé les parties à parvenir à une paix juste et durable au Moyen-Orient et ont plus particulièrement insisté sur la nécessité de négocier afin de parvenir à des ‘frontières sûres et reconnues ».

5. La proposition palestinienne de tenter de modifier unilatéralement le statut du territoire et déterminer les ‘frontières de 1967″ comme des frontières reconnues, dirigées carrément à l’encontre des résolutions 242 et 338 , serait en plus une violation fondamentale de l’accord intérimaire israélo-palestinien de 1995 sur la Judée-Samarie et la bande de Gaza, dans lequel les parties s’engagent à négocier la question des frontières et de ne pas agir pour changer le statut des territoires en attendant l’issue des négociations sur le statu permanent.

6. Les Palestiniens sont signataires des différents accords constituant les ‘Accord d’Oslo » en pleine connaissance de l’existence des implantations, et que ces mêmes implantations seraient l’une des questions qui serait débattue lors des négociations sur le statut permanent.

En outre, les « Accords d’Oslo » n’imposent aucune limitation des activités d’implantation d’Israël dans les domaines où les palestiniens ont convenu d’être sous la juridiction et le contrôle d’Israël en attendant le résultat des négociations sur le statut permanent.

7. Bien que l’accord intérimaire ait été signé par Israël et l’OLP, les témoins de cette signature ont été l’ONU, l’Union Européenne, la Fédération de Russie, Les Etats-Unis, l’Egypte et la Norvège. Il est donc inconcevable que de tels témoins, y compris en premier lieu l’ONU, soient désormais prêts à donner licence à une mesure de l’ONU visant à violer cet accord et de saper les principales résolutions du Conseil de Sécurité.

8. Alors que l’ONU a maintenu une politique persistante sur la non-reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur Jérusalem dans l’attente d’une solution négociée,- en dépit des droits historiques d’Israël sur la ville,- il est inconcevable que les Nations Unies reconnaissent aujourd’hui un « Etat palestinien » proclamé unilatéralement dont les frontières seraient notamment à Jérusalem-Est.

 Cela représenterait le comble de l’hypocrisie, les doubles standards et la discrimination, et surtout un mépris flagrant des droits du peuple Juif et des droits d’Israël.

Une telle action unilatérale par les palestiniens pourraient donner lieu à des initiatives réciproques au Parlement Israélien (Knesset) qui pourrait inclure des projets de loi déclarant la souveraineté d’Israël sur de vastes parties de Judée-Samarie, si et quand les palestiniens devaient exercer leur action unilatérale.

Excellence,

Il semble manifestement clair par tous que l’exercice palestinien visant à faire avancer leurs revendications politiques, représente un abus cynique de l’Organisation des Nations unies et des membres de l’Assemblée Générale. Son but est de contourner le processus de négociation demandé par le Conseil de Sécurité.

Malheureusement cet abus de l’ONU et de son intégrité, en plus de miner le droit international, à le potentiel de faire dérailler le processus de paix au Moyen-Orient.

Nous espérons que vous utiliserez votre pouvoir pour protéger les Nations-Unies et son intégrité de cet abus, et agir pour empêcher toute affirmation ou reconnaissance de cette dangereuse initiative palestinienne.

 

Signée par les juristes et avocats internationaux.

 

Fin Novembre un statut de membre non permanent a été octroyé par un vote à l’assemblée générale aux entités terroristes de Ramallah et de Gaza.

Si il est vrai qu’il n’est pas considéré comme un état par le Conseil de Sécurité il n’en demeure pas moins que  la propagande des arabo-palestiniens et de leurs amis qui les soutiennent ne se priveront pas pour faire le contraire. Pire, les financements des Etats européens à ces 2 entités, en particulier l’action sournoise de la France pour établir un pseudo état de facto  sur les terres juives est totalement illégale.

Si Obama,et le Quartet et autres après l’action unilatérale des arabes fin novembre qui invalide totalement désormais les accords d’Oslo se permettaient de mettre des pressions sur Israël, l’Etat Hébreu est alors dans son droit absolu désormais d’exiger des Nations-Unis, de l’Europe, des Etats-Unis qu’ils respectent d’abord le droit international.

 

Par Aschkel rédaction http://www.israel-flash.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Yehudit
commenter cet article

commentaires

Sonia 03/07/2013 13:29


Bonjour Judith , ton article est vraiment important . J'ai mis un lien sur mon page FB .

Yehudit 03/07/2013 14:05



Merci Sonia, plus de gens seront au courant, plus on défendra ce qui est juste



Choch 01/07/2013 17:11


Pourquoi le gouvernement israélien ne brandit pas cet Article 80 de la charte des nations unies? La "hasbara" étant inexistante, le gouvernement pourrait se servir de cette arme imparable avec
l'aide de tous les juristes internationaux pour faire valoir son bon droit.

Yehudit 01/07/2013 17:27



Je suis bien d'accord et il y a des avocats qui travaillent sur le sjet aux USA, mais ce devrait être au gvt israélien comme vous dites, de le brandir.
Si on y ajoute la date de décès de Mahomet antérieure à la construction de la mosquée, tous les arguments arabes et consorts, tombent à l'eau


je pense que nous devrions nous mobiliser et écrire à Bibi pour le stimuler e t lui dire qu'on est derrirère lui
Je pense que les juifs de diaspora ont leur mot à dire, et s'ils peuvent aovir un rôle à jouer, c'est celui là.
Kol touv ve chalom



Claude Pinault 05/03/2013 16:26


Il est bien ton texte, ma chère Judith, mais tu sais ce que l'on devrait faire , imprimer des tracts et en inonder la ville .  Je parie que la curiosité primerait sur la haine
d'Israël, et que pas mal de monde les lirait ...... et qui sait, cela peut contribuer à leur remettre les idées en place et à avoir une plus juste vision des choses !!!

Présentation

  • : Le blog de israel-de-tout-mon-coeur
  • : ISRAEL... combien ces quelques mots renferment d'amour en moi, de passion, de nostalgie, de révoltes aussi! Combien je souffre de voir ce si petit pays aussi vilipendé, critiqué, si incompris, si mal connu. Combien je me révolte de me sentir impuissante à modifier toute cette désinformation. Ici, pour moi, pour ceux qui y jetteront un oeil, je veux crier ma colère, je veux dire mon admiration, je veux parler en toute liberté, informer, établir une passerelle Yehudit
  • Contact

Profil

  • Yehudit
  • Une amoureuse d’Israël, de la Thorah, et de notre peuple: combien ces mots renferment d'amour, de passion, de nostalgie, de révoltes de voir ce petit pays vilipendé, critiqué, mal connu.Je veux crier ma colère, mon admiration, parler en toute liberté, informer, établir une passerelle Yehudit

Recherche